Chaque matin, je me réveillais  du haut du piton rocheux qui surplombait la plaine.

 

La veille, j’avais abandonné les divers câbles de connection, avant de me lancer à l’assaut du piton rocheux….

Je n’en avais gardé qu’un seul, celui qui me reliait à la vie…

Lorsque je l’aurai débranché, je resterai allongée inerte sur mon piton rocheux jusqu’aux premiers rayons du soleil.

Là-haut, protégée de la nuit, sur mon piton rocheux…

Et le lendemain, mon premier geste sera de me reconnecter à la vie, aux mouvements interrompus par la nuit, avant de descendre vers la plaine tout juste ensoleillée